Une envie de bonne heure

dimanche 28 mars 2010

Billet d'accueil - MAI 2011

Bonjour et bienvenue!

Ce blog a commencé en mars 2010.

En mai 2011, j'ai décidé d'ouvrir un nouvel espace.

Vous pouvez me contacter par le lien "contacter l'auteur" et je vous indiquerai la nouvelle adresse.

Merci de votre aimable visite!

 

Les messages de ce blog sont mis volontairement dans un ordre ascendant, du plus ancien au plus récent. 

 

 

Découvrez la playlist A) Toutes les musiques du blog "Une envie de bonne heure"  

 

Les musiques utilisées sur certains billets, en suivant le tag "Musique", vous trouverez les écrits auxquels elles se rapportent.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Posté par CHRISTIANE2 à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 29 mars 2010

Pour commencer

Ce titre fait suite à une lecture d'un passage dans:

"N'oublie pas les chevaux écumants du passé" de Christiane Singer.

Je la cite ici parce que sa conception du bonheur me plaît, elle  correspond absolument à ce que j'essaie de faire dans ma vie d'à présent:
   
"Je ne crois pas que le bonheur soit quelque chose. Je crois qu'il n'est rien qu'on puisse appréhender et je soupçonne que, s'il n'est rien, c'est peut-être parce qu'il occupe tout l'espace.

Le jeune poisson de la légende hindoue qui demande "où est la mer? Tout le monde en parle et je ne l'ai jamais vue" nous offre la clé de la révélation. Si je cesse de demander "Où est le bonheur?", c'est par un semblable effet de renversement métaphysique: j'ai compris que j'y nageais, non pas compris avec l'intellect mais avec les écailles et les nageoires. J'ai compris que la bonne heure est chaque heure et que d'aucune heure on ne peut dire qu'elle n'est pas la bonne. (...)
Ainsi, aujourd'hui où la mélancolie me tient depuis l'aube, je sais que je vis un(e) bon(ne) heur(e) de mélancolie. Comme je pourrais vivre aussi un(e) bon(e) heur(e) d'agrément ou même un(e) bon(ne) heur(e) de maladie ou de deuil. C'est une bon(ne) heur(e) parce que je la soulève dans mes bras. Je la prends à moi.
Je ne la laisse pas à l'abandon. Je sais que, laissée à elle-même, elle garderait ce ton gris des matériaux de construction oubliés sur un chantier et pèserait des tonnes. C'est l'accueil que je lui fais qui la transforme.

      

C'est mon accueil qui en fait une bonne heure.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Posté par CHRISTIANE2 à 18:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 2 avril 2010

Présentation

DSC01399

 

.

Je suis peintre, en panne ou en attente, en tous les cas, peintre. Cet univers "virtuel" ne m'est pas familier. Des problèmes techniques, mise en page, insertion de photos, je m'y perds un peu. En me promenant autour de la maison, dans cet environnement sauvage et préservé, j'ai surtout regardé les arbres, guetté les premiers bourgeons, et tout en marchant, me posais la question du bien-fondé de cette nouvelle initiative.

DSC01401

 

Je me souviens de ce temps où, assistante d'un professeur de peinture dans ma ville natale, j'expliquais avec beaucoup d'arrogance, celle de la jeunesse, qu'il fallait tout oser sur la feuille blanche, puisque finalement, il n'y avait aucun danger. Je ferais bien de retrouver un peu de cette audace. La peinture me manque, j'attends de trouver l'espace-temps et l'espace-lieu dans cette maison pour m'y jeter corps et âme. Mes peintures étaient assez physiques, grandes, et j'aimais travailler la matière.  Ici, je vais chercher à retrouver le chemin de ma créativité. Je me suis mariée tard, en 1998, je l'ai connu trop tard, mais c'était lui, enfin, rencontré par hasard bien sûr... le 1er mai 1997, nous ne nous sommes plus quittés. Puis les grossesses, les fausses-couches, les naissances, trois enfants merveilleux, la longue maladie de notre premier enfant, à 5 ans, la leucémie.  Il va bien maintenant. Ecrire des billets pour eux, pour nous, besoin de laisser une trace, avec des images, ça aide à fixer certains états d'âme. L'idée d'être visitée me paralyse un peu, celle d'être ignorée encore plus!

 

 

 

 

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Posté par CHRISTIANE2 à 17:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 4 avril 2010

SOLITUDE

La solitude, la bonne, celle qui permet de se rassembler.
L'absence des autres, pas celle qui isole, mais celle qui permet de se remplir à nouveau, une plénitude;

DSC07135

 En anglais, c'est formidable, il y a deux mots qui expriment la solitude: SOLITUDE and LONELINESS;

Ces deux mots ne veulent pas dire la même chose, on le sent bien en les prononçant. C'est curieux comme la langue française, pourtant si belle, me paraît parfois plus pauvre que les autres.

LONELINESS, c'est l'isolement, c'est l'absence des autres mais aussi de soi.

C'est un sentiment que j'ai beaucoup éprouvé dans ma jeunesse, et plus particulièrement au milieu de grandes assemblées, ou lors d'invitations mondaines. Il m'arrive encore parfois de sentir cela, en présence de mes enfants et de mon mari. J'ai alors besoin de SOLITUDE. Dans le silence, je me reconnecte avec quelque chose d'essentiel.  Christ,  Allah, bouddha ? Cette lumière intérieure qui s'allume juste pour nous, qui nous éclaire en toute simplicité, et qui me permet ensuite de retourner vers les autres.

J'ai vécu cela, ces journées de Pâques. C'est chaque année pareil en cette période:  je vis un état douloureux d'isolement (Loneliness). Lorsque j'étais célibataire, et maintenant, en famille aussi. C'est le temps de Pâques et son jardin de "Gethsémani".  Je suis née le 4 avril, juste avant Pâques, je crois qu'il faisait plus chaud qu'aujourd'hui, le jour de ma naissance.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Posté par CHRISTIANE2 à 17:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 5 avril 2010

Résineux ou feuillus

C'était juste après Noël. Il m'avait demandé si j'étais d'accord. De toutes façons, nous en parlions depuis longtemps.

DSC04573

Alors il s'y est mis.
Il en a coupé une dizaine, en contre-bas de notre maison. Des résineux de culture. Après réflexion, 10 autres sont tombés. Avant, sur cette colline, c'était de l'herbe, les chèvres s'en occupaient, puis elles ont disparu, l'herbe est devenue friche, quelques chênes ont poussé, difficilement à cause du vent, des châtaigniers, des hêtres. Un jour, les exploitants ont tout coupé et planté des résineux, en rang d'oignon. Partout, sur les terres du Morvan, ils gagnent du terrain. Rentabilité pour les propriétaires...pour le pays...

DSC04639

Ce lundi de Pâques, il a fallu ébrancher, nettoyer, brûler, tout le monde a mis la main à la pâte.

Il ne reste plus qu'à payer! Préjudice moral. La colline, elle en aurait du préjudice moral à revendre. Ces chênes centenaires magnifiques, coupés sans scrupule. Qu'à cela ne tienne, nous avons gagné 30 ans de panorama + vue sur le soleil couchant. Si nous étions en Chine, l'Empereur aurait dit oui tout de suite! le Phoenix du Feng Shui, ça ne se discute pas.


DSC04615DSC04621DSC04631DSC04620DSC04589DSC04602DSC04609DSC04588DSC04577

Et avec les bois de ces résineux de culture, on construira une belle cabane dans un arbre, un feuillus bien sûr.

 

 


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Posté par CHRISTIANE2 à 17:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 7 avril 2010

Au pays des jouets

DSC04680DSC04669DSC04675DSC04686DSC04683

Lorsque j'ai déposé Elia et Noé pour leur stage de tennis, je pensais bien remonter à la maison. Allez, un petit tour à la boutique cadeau ... une dépense s'annonçait.

Jouer, je n'y pense pas assez.

Ce jeu d'échec, tout en marqueterie m'a plu. Non pas pour y jouer. Les échecs, ce n'est pas mon truc. J'étais trop souvent l'observatrice silencieuse et passive des longues parties que faisaient mon père et mon grand-frère; ce jeu évoque plutôt l'exclusion du féminin dans mon histoire.

Aujourd'hui, à la Boutique, celui-ci m'a séduit, parce qu'il me rappelle l'orient, les voyages que j'ai fait. En le regardant, je me revois au Yémen, le marché de Sanaa, les odeurs. C'est curieux, il n'y avait pas de jeu d'échec là-bas...Ah oui, mais, les femmes voilées, complètement, absentes du souk. Ce sont les hommes qui tiennent les étalages de fruits, légumes, parfums, sous-vêtements, épices, assis ou couchés, tout en mâchant du kat, ou fumant le narguilé. Et les femmes, absentes ou cachées? 

Des envies de voyage, j'en ai encore:  Istanbul? l'Asie? l'Inde? le Mexique?

Pour le moment, ce jeu d'échec a trouvé sa place dans la maison, et ce sont bel et bien les garçons qui y jouent...La petit table marocaine prise dans la foulée apportera sa touche de féminin.

Bianca est trop petite, elle les regarde, quant à moi, je continue de rêver à mes voyages en regardant ce bel objet.

DSC04821

DSC04825

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Posté par CHRISTIANE2 à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 8 avril 2010

Petite Soeur

DSC04757DSC04769DSC04772DSC04775

 

C'est le temps des vacances. Pas de départ pour nous. En fait, nous partons rarement d'ici... Sur notre colline, nous vivons un état de "vacances" permanent. Si nous devions repartir un jour, je pense que nous irions dans une ville, chercher le bruit, le contact de la foule, de l'humain, prendre un café sur une terrasse, regarder les passants, aller dans les musées, ou alors la mer, oui, ce serait bien aussi. Les garçons ont trouvé un équilibre dans cette nature solitaire, plus que moi. Je peine parfois à trouver le sens dans cet isolement. Je vérifie régulièrement si ce choix leur convient, nous discutons d'un éventuel déménagement "oh non! j'aime trop ma colline et ma forêt" me répondent-ils en choeur...

Leur petite soeur les observe, les suit partout, voudrait participer un peu plus à leurs jeux. Depuis quelques temps, ils se sont créés un monde parallèle au nôtre, en construisant une cabane dans les bois, ils ont deux amis complices qui habitent tout près. Leur décision est prise : quand ils seront grands, ils vivront ainsi, dans la forêt, dans une maison construite de leurs mains, avec leur arc, ils iront à la chasse, juste pour leurs besoins, et se vêtiront de peaux de bêtes. "comment feras-tu pour acheter ta chocolade Noé?" "tant pis, je n'en mangerai plus, ou alors j'irai m'en acheter avec les sous que je vais économiser, si j'y arrive...". Ils échafaudent des tas de plans au cas où la planète ceci, au cas où la planète cela, . "Bianca, quand tu seras plus grande, tu pourras venir à la cabane avec nous, on t'initiera, et tu auras un arc aussi" lui a promis Noé.

DSC04793DSC04794

 

 

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Posté par CHRISTIANE2 à 20:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 9 avril 2010

Un voyage en Ture

DSC04962

C'était en 2007, juste après notre retour de Corse. Nous pensions que c'était ce qu'il nous fallait.

Un camping-car, pour partir au pied-levé. Le père de notre ami E. l'avait acheté il y a fort longtemps, il avait des envies de voyages, mais sa femme ne l'avait pas suivi dans son désir. Alors le véhicule a été rangé, puis oublié, puis le toit a perçé, les loires on fait leur nid. Le jour où Jean-Marc l'a ramené, il était fou de joie. Je crois que l'histoire du père de E. allait se reproduire, je n'ai pas complètement partagé son élan. Non, décidément, trop de travail de réparation, l'odeur à l'intérieur, qui trahissait le passage des bestioles, et le prix, trop élevé. Le propriétaire tardant à venir le récupérer, il a trouvé une place, dans les genêts, à côté d'un gros rocher. Bianca, elle, se l'est vite approprié. "TURE", ainsi le nomme-t-elle (comme tout ce qui roule).  Lorsque nous partons de la maison pour faire un tour au potager, nous y faisons halte, inévitablement. Les portes du four et du frigo, qu'elle ouvre et referme inlassablement, une vraie dinette sur roulettes. Et lorsque je me mets au volant, c'est tout un voyage qui commence. J'entre dans le jeu, et nous voilà parties pour Istanbul, parfois la Grèce, et plus loin encore. Je crois que, si il reste encore un peu vers nous, j'y mettrai de la musique, orientale bien sûr.

DSC04897DSC04916DSC04922DSC04952DSC04929DSC04944DSC04898

DSC04958

Posté par CHRISTIANE2 à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 18 avril 2010

Les Visiteurs

DSC04828DSC04835

DSC04839DSC04841

Ils sont presque arrivés en même temps, deux couples avec chacun 3 enfants, à l'improviste. Et moi, j'aime bien ça, les visites improvistes!

J'avais prévu un grand travail de rangement avant la rentrée des classes, les chambres des garçons sont dans un état pitoyable. Rien de tout cela aujourd'hui, nous avons pu profiter de ce beau soleil, de la joie des enfants d'être ensemble, sorti le pain, la chocolade, des tartines, de la tisane (une dernière trouvaille délicieuse, Tisane du Mâquis Corse),  et la journée est passée, et les conversations se sont enchaînées. Jean-Marc est parti voir le propriétaire des sapins, pour fixer le prix du "préjudice moral". D'autres sont partis à la cueillette de cresson sauvage, M. est restée avec moi, nous avons préparé des muffins à la banane et pépites de chocolat, et tout le monde s'est retrouvé pour un verre de Kéfir (le champagne du pauvre): nous étions im-pa-tient du verdict. Lorsqu'il est arrivé, j'ai vu à son visage que l'affaire prenait une tournure un peu mauvaise. Nous avons plaisanté, des présences amies, ça aide à relativiser. Le petit village que nous habitons a été qualifié de "perle du Morvan", on l'appelle aussi "la Corse du Morvan". Il y a deux ans, des marcheurs corses s'étaient arrêtés chez nous, et n'avaient pas démenti cela. Aïe, ça risque d'être chaud sur la montagne. Bien que de faible altitude, cette montagne me rappelle les vallées des Alpes où les histoires de propriété vont bon train. Mais non, ce n'est pas la Corse, il n'y aura pas de coups de feu! pas de règlements de compte agressifs, juste quelques mots pour remettre les choses au bon endroit, et rendre un peu plus objective toute cette affaire.

DSC04860DSC04857DSC04869DSC04871

Posté par CHRISTIANE2 à 15:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 19 avril 2010

Repos

DSC04799J'aime beaucoup, lorsque, le matin, ils se tiennent ainsi dans le pré. L'un se repose, l'autre surveille. Parfois, les deux sont couchés. C'est le soleil du matin, surtout celui du printemps, qu'ils recherchent, qui les détend, ou qui les ressource.

Nous avons souvent pensé nous en séparer, parce que nous n'avons pas le temps de les monter, parce qu'on s'est souvent demandé si ils seraient plus heureux autrement, parce que, mine de rien, leur entretien,"ça coûte", et puis et puis, et puis non. On ne s'en séparera pas. Après tout, ils ont un joli pré, ils sont deux, ils ont un abri confortable, l'été, nous les menons à d'autres endroits plus ombragés et plein de bonne herbe au serpolet, et finalement, tout simplement.... on les aime énormément, nos compagnons les chevaux: Hyppolyte la jument anglo-arabe et Aasa Mayhard, un petit hongre arabe.

Nous avons découvert au fil tu temps que leur présence apportait quelque chose de particulier à la maison, un halo de douceur et de tranquillité qui nous apaise, et qui sait, nous protège. Je ne sais pas exactement ce qu'il se passe, mais je suis certaine que cette présence, qu'un agriculteur raisonnable qualifierait d'"inutile", nous est indispensable. J'ose espérer que nous leur sommes d'une "utile" présence. Lorsque Bianca ira à l'école, nous pourrons faire des escapades, ils seront encore assez jeunes pour quelques galops dans les forêts alentours.

Posté par CHRISTIANE2 à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,