mardi 24 mai 2011

Terre!

 

CCF24052011_00000

 

Quel bel équipage!

L'une avait peur de la mer, mais elle a bien voulu monter et voguer sur ce voilier,

"Lautre" savait nager mais elle est surtout venue en espérant trouver une encre plus dense, elle a le nez fin!

 "you preferred sailing to failing", quelle belle pensée d'une lectrice fidèle qui a sauté joyeusement sur le pont du bateau, prête à donner toute son énergie!

Une fée qui aime décorer les jolis logis a cru que je partais, je l'ai rassurée et elle est montée avec nous...

La reine des matriochkas a réussi a prendre un ticket malgré son emploi du temps très chargé, depuis qu'elle a repris un p'tit boulot...

Une mamou d'amour veille affectueusement sur la petite embarcation...

L'artisanne a pris avec elle dans sa cabine ses fils et ses tissus, parce qu'avec toutes nos petites misères, il fallait bien nous racommoder...

La fille du tailleur a tout prévu, une bouée "au cas où", car elle aime l'eau mais pas les noyades...

Une courageuse a tout visité, les cales, le pont, les mâts et jusque dans le haut des voiles, tout en haut, a eu la vision d'un humain trop humain, et ça lui a plu!

Une algue, douce et tendre, comme la spiruline, a sauté de joie sur le pont central et s'est mise à jouer à la marelle sur les petits dessins qu'elle aime tant...

Une femme avec un ventre tout rond comme la lune, n'a pas hésité à monter, elle en connaît un sacré bout de ce bateau. C'est elle qui m'a appris à enlever quelques couches de mes manteaux...

Et puis il y a eu cette "jaune nomade" qui n'aime pas parler mais qui aime cette embarcation, elle était à bord bien sûr!

Une bretonne aux pieds brizou marins est montée en tenant fermement la main de son amoureux...

Une petite dame d'origine italienne et bien joyeuse est arrivée sur le dos de Pepika, l'ânesse de son grand-père sarde...

Un  philosophe, voyant "l’éclipse évanescente d’un astre radieux" a montré le chemin en expliquant le sens de la "rencontre"…

Ma zébrée, toujours vêtue de ses rayures noires et blanches a posés les mots qu'il fallait pour avancer dans le brouillard...

Princesse des Neiges avait déjà pris les devants, elle est une créatrice, de ceux qui montrent le chemin, elle savait où nous attendre...

Princesse au Pois avait pris le large aussi, mais nous ne le savions pas. Plus tard, elle nous montrera la faille par où passer...

La fée "Violette&Sons", ses jolis chapeaux, robes et délicieux objets pour petits et grands enfants, ainsi je l'ai nommée dernièrement car elle a su prêter une oreille si attentive, su lire et regarder depuis plusieurs mois les fonds de cale de ce voilier, aidé à colmater les fissures de ces dernières semaines..

La-dompteuse-de-joli-papier-et-du-carton, vivant sur une île très lointaine a fait des feux pour nous montrer le chemin...

Une discrète passagère a repéré la belle lumière dorée qui enveloppait les haut des voiles...

Celle-qui-peint-des- joli- dessins-sur-des-jolies-tasses a juste eu le temps d'entrevoir qu'un voyage se préparait...

Miss Zen a senti que l'affaire était sérieuse, elle s'est glissée certainement sur le bateau, à petits pas feutrés...

Elle** n'a rien dit mais je sais qu'elle s'est mise dans le ciel, juste à côté de la lune et du soleil pour nous montrer le chemin...

Une coquille rare avait pris plein de jolis colliers et des perles pour nous parer le jour venu...

Princesse tok tok a osé frapper à ma porte...

Une timide voyageuse s'était cachée depuis le début sous une bâche...

et puis quelques autres qui ne se sont pas manifestés par des mots mais le petit bateau leur a fait une place ...

 

Puis,

Sans que l'on puisse s'en douter,

c'est la petite sarde qui les a vu la première,

les fantômes sont (ré) apparus.

Qui l'aurait cru? Des fissures colmatées ne peuvent rien contre cela. Les fantômes, c'est silencieux, mais ça passe partout... Le petit voilier a hissé la grand'voile, courageusement pris le large, décidant de fuir, loin, très loin de ces ombres silencieuses. Mamou d'amour a regardé le ciel et a dit:

"et aujourd'hui
je t'envoie des chants d'oiseaux
ceux des martinets
ceux des tourterelles
ceux des rouge queues
et aussi le "dialogue" de cet immense vol d'oies, entendu mais pas vu, cette année,
voilà un, deux ou trois mois
je ne sais plus quand
quand j'ai compris la source de ces cris, elles étaient très loin, très hautes dans le ciel,
comme un long fil,
loin, loin, loin dans le ciel"

 

Nous avons compris alors que nous étions arrivés.

CCF24052011_00003

Les fantômes ne parlent pas et je ne peux donc rien pour eux, sauf si ils quittent leur habit.

Les anges ne parlent pas, mais ils peuvent parfois retrouver le chemin des mots pour se manifester. Il suffit pour cela de cliquer sur le petit bateau qui navigue sur la sphère ci-dessus. Suivez les instructions en indiquant vos noms et adresse email et je vous expliquerai le chemin pour nous rejoindre!


Posté par CHRISTIANE2 à 23:39

Bianca est venue sur l'ordinateur en juillet 2011. Elle a effacé tous les messages de avril-mai 2011... J'ai réussi à les récupérer sur les pages "en cache" des robots google. Parfois avec les commentaires comme ici. C'est pourquoi ils sont à la suite de ce billet.

Commentaires

Que j'aime cette Arche de Noé, conjugée au féminin, au présent, au futur. Quelle poésie Christiane !

Posté par Anne**, mercredi 25 mai 2011 à 01:51

Un bien doux billet qui donne envie de te suivre dans ce navire. "A condition que mes cartons et papiers ne prennent pas trop l'humidité"...
Aller Christiane, hissons les voiles pour ce nouveau voyage qui j'en suis sure, sera merveilleux !
Bises et à très vite sur ton nouveau chez toi

Posté par Cathy, mercredi 25 mai 2011 à 04:49

Tu as raisons de laisser les fantômes s'emberlificoter dans leurs toiles d'araignée et de mettre les voiles. Je me réjouis de prendre le large avec toi et de voguer sur l'écume de tes mots si poétiques. A bientôt Christiane!

Posté par spiruline, mercredi 25 mai 2011 à 07:36

Je n'aime pas voyager en mer, vivement la nouvelle Terre! ;o))

Posté par alexandra, mercredi 25 mai 2011 à 07:40

Je ne comprends pas tout car je reçois ce matin une newsletter intitulée "Aurevoir et bonjour: mort et renaissance" annonçant que tu viens de poster ton billet d'adieu... quelques jours sans ordi et me voilà perdue... je vais tout relire !

Posté par l'arbre blanc, mercredi 25 mai 2011 à 08:40

je crois que j'ai rattrapé mon retard, je comprends mieux à présent (sauf pourquoi je ne reçois que ce matin la news... mais ce n'est pas grave !)
je suis contente que ton bateau arrive au port, c'est "fête" alors ! musique et joie...
belle journée Christiane,
anne-sophie

Posté par l'arbre blanc, mercredi 25 mai 2011 à 08:51

Comme je suis heureuse de faire partie des moussaillons ! En marche pour cette nouvelle terre pleine de poésie, de partages et d'images. Une embarcation remplie de moussaillons hétéroclites venus de tous les horizons avec leurs bagages parfois lourds, parfois légers, remplis de victuailles pour nous revigorer ou parfois rempli de larmes à déposer. J'ai adoré la planette avec le petit voilier où il faut cliquer dessus. Quelle fille poétique tu es ! Un régal que de continuer ce voyage toutes ensemble. Affectueusement.

Posté par Fée grain d ciel, mercredi 25 mai 2011 à 08:50

Merci pour le petit mot...

Posté par Des Moulins, mercredi 25 mai 2011 à 10:10

J'aime cet équipage et je veux faire partie du nouveau voyage.
Bon vent à nous toutes (car je pense qu'il n'y a que des femmes), les nouvelles amazones embarquées sur le voilier de Christiane!

Posté par Josephine_Th, mercredi 25 mai 2011 à 11:02

Comme je te l'ai écris, cet équipage hétéroclite me plaît... Les pieds nickelés de la marine!!! En avant!

Posté par cookloubabette, mercredi 25 mai 2011 à 12:05

Je te félicite pour ce chemin, pour la force retrouvée. Bravo et bon vent vers de nouveaux horizons, bien sûr que je suis du voyage. Je t'embrasse. You found the solution...vraiment bravo!

Posté par Nouschine, mercredi 25 mai 2011 à 18:44

Plain de femmes de toute la France et d'ailleurs qui te suivent... C'est chouette, non?

Posté par Laetitia, mercredi 25 mai 2011 à 19:53

Oui, évidemment je voulais écrire "plein"...

Posté par Laetitia, mercredi 25 mai 2011 à 19:54

Extraordinaire voyage, je suis heureuse de faire partie de ton équipe!

Posté par Olga, mercredi 25 mai 2011 à 22:14

Oups, presque en retard, mais ravie d'embarquer avec vous !

Posté par mim_, vendredi 27 mai 2011 à 22:45

Il reste une ptite place sur le bateau...la route à suivre je la veut bien, je préparer ma coquille de noix, et je vous rejoint !

Posté par Mamanlit, samedi 4 juin 2011 à 14:34

Quelle belle idee et quel beau texte que je decouvre avec un peu de retard....toujours aussi distraite. Bises

Posté par Miss Zen, mercredi 8 juin 2011 à 21:13

merci

j'avais redécouvert bertrand belin sur ton blog, et j'en ai parlé a une amie adjointe a la culture de notre commune , elle le connaissait comme un ancien de ses élèves, mais pas comme chanteur, elle a écouté et aimé !!!!!et l'a invité sur notre caillou , il est venu,a chanté, a été reçu par la municipalité, !et a passé la journée dans son ancien collège , ou il a enchanté et fait chanté les élèves de ce petit collège du bord de mer !!!! tu y es pour quelque chose alors merci , reste il une petite place sur ton bateau ?????, Si oui je n'ai pas le mal de
mer et suis partante pour la traversée !!!!!!!!!!!

Posté par anne, mercredi 15 juin 2011 à 17:43

Hello, hello !

Je découvre pourquoi il n'y avait pas de nouvelles de toi sur mon agrégateur : tu as changé de blog ! Me donneras-tu tes nouvelles coordonnées ?

A bientôt j'espère,
isa la zébrée..

Posté par My18Stripes, jeudi 16 juin 2011 à 15:17

Coucou, je retrouve un peu le chemin de tes écrits et me perd un peu je l'avoue ... Je vois que tu as su embarquer de magnifiques personnes ... Je t'embrasse et au plaisir d'avoir de tes nouvelles ...

Posté par Mu, samedi 18 juin 2011 à 16:33

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...


Commentaires sur Terre!

    avec une longue-vue

    Avec une longue-vue j'ai repéré d'abord le poisson puis le bateau puis tous les les embarqués poètes volontaires soldaires solitaires solaires ou lunaires et quelque part une capitaine je suis sûre que la boussole montre toujours la direction qui est la bonne celle qui nous amène quelque part où nous n'aurions pas pu aller à pied ou alors en faisant un très grand détour et peut-être sans jamais arriver mais à voguer il y a toujours un oiseau qui annonce l'approche d'un autre rivage
    Arlette

    Posté par Arlette, dimanche 4 septembre 2011 à 20:31 | | Répondre
Nouveau commentaire